Le ralentissement des ventes s’accentue au 3ème trimestre 2019. C’est principalement la vente aux investisseurs qui souffre (‐7,3 % ce trimestre), pour des raisons liées à la baisse de l’offre, à la fermeture au Pinel de la zone B2 ou encore aux prix de vente dans certains secteurs.

Construction de logement : la baisse s’accentue

L’offre commerciale disponible au T3 2019 est en baisse de 14 % par rapport au T3 2018 : ce sont 10 000 logements de moins proposés à la vente en un an. L’offre est désormais nettement inférieure à 10 mois de commercialisation, et inférieure à 9 mois en Ile de France (7,4 mois), à Rennes (7,9), à Nantes (8,2) et à Strasbourg (8,6).

Il y avait 60 000 logements en projets début 2018 ; il n’y en a plus que 45 000 aujourd’hui.

Les perspectives du marché du neuf

Quelle que soit la catégorie de logements, la chute de la construction de logement neuf devrait s’accélérer à l’avenir, au vu des statistiques de délivrances de permis de construire. Néanmoins les mises en chantier correspondant aux permis délivrés 2 ans avant environ devraient être élevées dans les mois qui viennent. Au niveau de la construction effective, le taux d’annulation reste, pour les immeubles, très supérieur à sa moyenne observée depuis 2010. Un cinquième des logements collectifs autorisés ces trois derniers mois ne devraient finalement pas être construits.

Est-ce que les mesures gouvernementales et l’approche des municipales de 2020 va changer la donne ?